Fraise Mara des Bois

Catégorie :Non classé

Rollandeau Philippe production

Print Friendly, PDF & Email

Aleurodes (mouche blanche)

Catégorie :Non classé



 

Les aleurodes, ou mouches blanches (Aleyrodoidea), forment une super-famille d’insectes de l’ordre des hémiptères.

Ces insectes minuscules (les adultes ont de 1 à 3 mm de long) sont très polyphages et s’attaquent à des centaines d’espèces végétales cultivées ou non, aussi bien en plein champ dans les régions chaudes que dans les serres dans les régions plus froides. Ils apprécient particulièrement lachélidoine, les fuchsias, les cucurbitacées, les solanacées (aubergines, tomates etc…).Ils causent des dommages importants dans de nombreuses cultures, notamment de plantes potagères, tant par les dégâts directs qu’il provoquent en se nourrissant sur les plantes, qu’en transmettant des maladies virales. Les aleurodes sont les vecteurs de plus d’une centaine d’espèces de virus phytopathogènes des genres BegomovirusCrinivirusCarlavirus et Ipomovirus .

Les aleurodes les plus connues sont l’aleurode des serres (Trialeurodes vaporariorum), l’aleurode du tabac (Bemisia tabaci) et l’aleurode floconneux des Citrus (Aleurothrixus floccosus).

Symptômes (s):

L’aleurode, qui s’échappe en nuage blanc lorsque l’on frôle les feuilles, sécrète un miellat qui accueille un champignon, la fumagine. On observe de nombreuses taches nécrotiques sur la face inférieure des feuilles. Celles- ci sèchent et tombent prématurément.

Evolution:

A long terme, la plante se couvre d’une pellicule noirâtre sur la face supérieure de ses feuilles. Il s’agit d’un champignon : la fumagine. La croissance de la plante en est freinée voire stoppée. Peu à peu, la plante s’affaiblit et meurt.

Terrain favorisant: 
Les lieux fermés tels que les serres, vérandas, châssis.
 
Confusions possibles:
Cochenilles
 
Plantes sensibles:
Plantes d’intérieur, de serre, potagères ou d’ornement
 
Lutte curative: 
Des moyens efficaces pour combattre la maladie ou le nuisible qui ronge votre plante.
 
Conseils de traitement:
Observez régulièrement le revers des feuilles de vos plantes cultivées ou hivernées sous serre ou en intérieur.
 

Traitement bio :

Vous pouvez facilement essuyer le miellat sur les feuilles des tomates et des concombres. Introduisez un prédateur des larves d’aleurodes, l’Encarsia formasa, sorte de petite guêpe, dans les serres et vérandas. Traitez avec un insecticide à base de pyrèthre ou avec du purin d’ortie.

Traitement chimique :

Afin d’éradiquer l’aleurode, utilisez un insecticide systémique anti-aleurode (selon autorisation). Ce produit, véhiculé par la sève, empoisonne les insectes et leurs larves. Il faut traiter en dehors des périodes de floraison pour ne pas nuire aux abeilles et aux autres insectes butineurs.

Méthodes douces :

Installez des pièges gluants dans les serres et vérandas pour capturer les aleurodes et vous rendre compte de la taille de la colonie. En cas d’invasion, référez-vous aux conseils de traitement curatif.  Voir astuces





Rollandeau Philippe production

 

Print Friendly, PDF & Email

Mouche du chou

Catégorie :Non classé




La mouche du chou (Delia radicum)

Description:
Mouche grise tachetée de noir mesurant environ  6 à 8 mm. Les femelles vivent une douzaine de jours et elles peuvent pondre environ 150 œufs.

Cycle de vie:

La mouche du chou hiberne sous forme de pupe, en diapause dans le sol.Les adultes émergent au printemps. Les femelles attirée par l’odeur du chou pondent les oeufs au niveau du collet. Après quelques jours (5/6 jours), les oeufs éclosent et les  larves s’attaquent aux racines . Le développement larvaire dure de 3 à 4 semaines. Dans notre région il y a en principe 3 générations par an d’avril à septembre. Leur développement est favorisé par des température douce.Cependant on note un ralentissement des dégats en été  dès que la température du sol où elles se trouvent passe au-dessus de 22 °C, ce qui provoque une importante mortalité des larves et aussi les mettent en dormance ce qui les rendent inactives. Elles en sortent quand la température passe sous les 20 °C.

En hiver, les nymphes entrent en diapause( nom donné pour l’hibernation des  insectes) vers septembre-octobre avant de reprendre leur développement au printemps suivant.

Dégâts:

Ils sont provoqués par les larves sur les racines. ce qui provoque un ralentissement de la croissance, voir un dépérissement total du plant.

Méthodes de luttes:

Actuellement, il n’ y a pas de lutte chimique efficace.

  • L’utilisation de filets anti- insectes reste la solution la plus efficace et limite les dégâts.C’est pour moi la méthode  à privilégier, il existe maintenant des filets très costauds pouvant être réutilisés plusieurs saisons.(N’ hésitez pas à me demander des conseils.)
  • La pose de collerettes en carton au pied des choux, ce qui empêche les larves de descendre vers les racines.(Sert de paillage en même temps)
  • Des pulvérisations à base de prêle ainsi que des plantations d’ oeillets d’ Indes ou de tanaisies auraient des propriétés répulsives.
  • Préférer des amendements organiques au fumier, surtout s’il est assez frais. (l’odeur attire les mouches plus facilement).
  • Plantez les plants le plus profond possible.


Rollandeau Philippe production
Print Friendly, PDF & Email

Contre la mouche blanche

Catégorie :Non classé

aleurode

  • Semez des capucines, qui feront fuir l’aleurode, dans vos cultures en serre

  • Plantez des oeillets d’ indes au pied des tomates

  • Plantez de la ciboulette

  • Du savon de Marseille dilué dans de l’eau.

 

 

Rollandeau Philippe production

 

Print Friendly, PDF & Email

Cloque du pêcher

Catégorie :Non classé




Cloque du pêcher     

Description

La cloque est une maladie assez répandue. Elle doit son nom aux boursouflures que montrent les feuilles infectées. Elle s’attaque aux feuilles, aux jeunes pousses et parfois aux fruits qu’elle altère en surface. Les feuilles atteintes changent de couleur et deviennent généralement rouges ou vert pâle. Surtout, elles prennent un aspect tordu et enroulé puis s’épaississent et se boursouflent lorsque l’infection progresse.

L’évolution naturelle de la maladie est un brunissement des feuilles, qui se flétrissent et tombent de l’arbre à la fin juin ou début juillet. De plus les rameaux terminaux dépérissent, ce qui rend problématique le développement des fruits, l’année de l’infection, et le réduit l’année suivante. L’arbre devient plus fragile, et cette perte répétée des feuilles au printemps peut conduire à la mort de l’arbre après quelques années.

Cause de l’attaque

Les spores du champignon Taphrina deformans, produites sur les feuilles infectées, sont capables de subsister toute une saison sous les écailles des bourgeons, et de s’y infiltrer au printemps suivant lors de leur ouverture. La primo-infection se produit donc lorsque les bourgeons foliaires, sortant de leur dormance, commencent à gonfler puis à s’ouvrir.

Un temps froid et humide pendant le développement des feuilles s’avère favorable à la prolifération.

Action préventive

L’entretien régulier consiste à supprimer les fruits momifiés, à ramasser au sol les feuilles malades et à faire chaque année un bon apport de compost au pied de l’arbre.

Éviter les coupes et autres tailles car chaque plaie ouverte est susceptible, de façon générale, de fragiliser l’arbre vis-à-vis des parasites et maladies. Il existerait différents moyens de prévention

Traitement :

Le traitement doit se faire à la fin de l’automne, une fois que toutes les feuilles sont tombées, et à la fin de l’hiver, avant l’ouverture des bourgeons. L’arbre doit être traité à la bouillie bordelaise .

Seuls les traitements préventifs sont efficaces. Les traitements effectués après l’ouverture des bourgeons, ou pendant l’été, sont inefficaces1. Une pluie lors de la pulvérisation ou immédiatement après, peut en limiter de beaucoup l’efficacité.

Traitement chimique :

une fois les feuilles déformées, un fongicide approprié, anticloque, peut être appliqué, mais son efficacité est souvent limitée

Traitement biologique :

au gonflement des bourgeons, puis en tout début d’épanouissement des fleurs, pulvérisez de la décoction de prêle, à titre préventif essentiellement. La bouillie bordelaise est acceptée en jardinage biologique, mais elle est plus préventive que curative.

Souvenez vous que pour la cloque du pêcher rien ne remplace le traitement préventif, le seul efficace contre ce champignon

  • Lorsque la cloque du pêcher a fait son apparition il est déjà trop tard

Que faire si la cloque a déjà fait son apparition ?

On peut simplement éviter la propagation de la cloque du pêcher.

  • Il faut alors retirer les feuilles touchées, supprimer les branches les plus atteintes et effectuer une nouvelle pulvérisation à base de bouillie bordelaise.

Autres solutions:  

 Voir astuces

 Rollandeau Philippe production



Print Friendly, PDF & Email

Contre la cloque du pêcher

Catégorie :Non classé

  • Des coquilles d’ oeufs: Suspendre dans de petits filets des coquilles d’œufs vides dès le début de la floraison. Ça marche mais ne pas utiliser les coquilles bouillies.
  • Du cuivre et du zinc: Mettre des morceaux de cuivre et zinc enfouis au pied du pêcher, avec l’ arrosage il se produit une réaction chimique.
  • Purin d’ orties: Un traitement au débourrement stimule la végétation, doc la rend plus forte.
  • planter de l’ail ou semer des capucines au pied des pêchers.
  • Décoction de prêle: Traitement efficcace sur plusieurs maladies, dont:
    • la rouille
    • l’oïdium
    • le mildiou
    • la cloque du pêcher
    • le botrytis
    • la monoliose
    • les tâches noires sur les rosiers

 Rollandeau Philippe production

 

Print Friendly, PDF & Email

Photinia x.fraseri Pink Marble ®

Catégorie :Non classé




Photinia pink marble

PHOTINIA X.fraseri Pink Marble ®

Photinia panaché

 

Couleurs splendides. 

A mettre en vedette!

Photinia x fraseri est un hybride, résultat du croisement de deux espèces: Photinia glabra et serrulata. Pink Marble ® ‘ Cassini ‘ est une variété horticole nouvelle et protégée, provenant d’une mutation de la variété ‘ Red Robin ‘. Cet arbuste, au port érigé, atteint 2,50 m de hauteur pour une largeur de 2 m. Feuillage persistant, vert marginé de rouge et de rose au départ de la végétation, puis vert foncé marginé de blanc par la suite. Feuilles ovales, allongées, pointues de 10 à 15 cm. Petites fleurs blanches, en grappes applaties, de 15 cm de diamètre, en avril-mai, peu décoratives. Pousse dans un sol normal, surtout bien drainé. Exposition au soleil. Rustique, jusqu’à -15°C. Supporte bien la taille. La taille en été favorise le démarrage de jeunes pousses rouges très décoratives. On le plante en isolé, en massif, en association dans des haies libres, en haie taillée. Excellent en bac.

Rollandeau Philippe Production

Print Friendly, PDF & Email

Remède naturel contre les limaces

Catégorie :Non classé

Disposez des pièges répulsifs auprès des plantes sensibles aux gastéropodes. Pour ce faire, découpez des carrés dans un film aluminium et placez au centre une tranche de concombre. La réaction du suc de ce légume avec l’aluminium dégage une odeur qui fait fuir ces indésirables.

Encore une autre astuce contre les limaces : les bogues de châtaignes et leurs épines !   Autour de chaque plante sensible, placez des demi-bogues, face piquants vers le ciel. Ses épines agiront comme de véritables remparts face aux limaces et escargots qui ne pourront pas passer ! Ramassez les bogues l’automne venu, et conservez-les au sec tout l’hiver. NB : Prévoyez des gants épais pour la cueillette et la mise en place du piège au printemps !

Les coquilles d’oeuf.    Disposez autour de vos plantes (surtout les plus jeunes !), cibles préférées des limaces et escargots affamés, un collier de coquilles d’oeufs (non bouillies). Concassez-les bien et disposez-les en cercle autour du pied. Ce collier de coquilles agira comme une barrière infranchissable sur ces gastéropodes bien gênants !

Recyclez les cendresNe jetez pas les cendres de bois de votre cheminée. En effet, elles contiennent potasse, calcium, oligo-éléments et phosphore. Rien de tel, pour doper gratuitement les vivaces avant le printemps et alléger les terres lourdes. Épandez-en une poignée autour des touffes. La cendre empêche aussi les limaceset escargots d’approcher des plantes sensibles.

Gestes de cultureIl faut protéger les plantes vulnérables ( jeunes semis, nouvelles pousses ) des morsures de limaces. Attirez les oiseaux, mangeurs de limaces, avec des haies attractives et des arbustes à baies ( amélanchier, arbousier, cornouiller, cotonéaster, troène, viorne ) autour de votre potager.Evitez de chasser certains prédateurs des limaces comme le staphynlins et les carabes. Le labour automnal permet d’exposer les limaces à ses prédateurs et au froid.

Le labour d’été est davantage utile pour ramener les oeufs sensibles en surface où il fait chaud et sec. Méfiez vous des paillis organiques, qui malgré leurs qualités ( préservation de l’humidité, protection contre les mauvaises herbes) sont des nids de reproduction des limaces. Enfin, étalez régulièrement de la cendre de bois ou de la chaux pour nuire à leur déplacement.

Les cheveux: Répartir les cheveux autour de vos plantations, cela provoque une irritation et les limaces finnissent par se déshydrater.

Pour voir une limace en action !!!

Cliquez ici

Rollandeau Philippe production

Print Friendly, PDF & Email

Destruction naturelle des souches d’arbres

Catégorie :Non classé




  • Percez des trous à la perceuse et y incorporer des gousses d’ails préalablement broyées. Attendre patiemment car le processusest assez lent.

  • Percez des trous à la perceuse et y verser du lait, couvrir et attendre quelques mois, la souche va se désagréger d’elle-même.

 

Rollandeau Philippe production

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Fargésia Red Panda

Catégorie :Non classé

Bambou très apprécié en raison de la coloration rouge de ses chaumes. Non traçant et de stature érigé, son feuillage fin lui donne un caractère très graphique.

Chaume: Chaumes fins d’environ 1 cm pour les plus gros, magnifiquement colorés, d’abord vert, puis orangé virant au rouge durant l’été.

Feuillage: Feuillage léger, aérien, composé de nombreuses feuilles fines.

Exposition: Supporte les expositions ensoleillées s’il ne manque pas d’eau, mais préfère la mi-ombre.

Sol: Frais, riche en nutriment.

Rusticité: Très rustique, environ -25 °C.

ROLLANDEAU Philippe production

Print Friendly, PDF & Email